• XV - Desanchantee

     

    Qu'attendre
    de ce monde, de ces jours ? De ce ciel qui lentement s'efface et se
    colore ? Ce que je crois être mon idéal serait de fuir ce monde, et de
    m'enfermer dans un univers si clos que je me trouverais hors du chemin.
    Un univers constitué de romantisme, de multiples photographies
    accrochées aux murs, de nature et de silence. La foule, ainsi que ce
    que propose cette société s'avère bien trop éloigné de mes besoins.
    Plus que jamais, je rêve d'autarcie, de solitude. De perdition, peut
    être. Je me suis souvent demandé si ce désir de solitude n'exprimait
    point en réalité désir de mort, puisque tout devient feutré, autre,
    ailleurs. La solitude est l'ailleurs que l'humain de peut construire
    concrètement en dehors de son esprit. La fuite. La sérénité. Elle ne
    représente pas véritablement le fait d'être seul, mais plutôt de vivre
    dans une société où le nombre d'individus se trouverait extrêmement
    réduit. Et où surtout, il serait possible d'organiser son temps comme
    on le désire. Au quotidien, nous côtoyons plus souvent des inconnus ou
    visages qui nous sont neutres, que ceux que nous aimons. Et puis
    viendra le jour où notre cœur cessera à jamais de battre, et notre
    corps sera enseveli sous terre. Sous le bruit, l'agitation ; sous les
    villes, les pas humains. Alors, peut être faudra-t-il se retourner et
    se demander à quoi aura servi cette existence ? Je
    n'aurais point été fière de mon existence si j'avais réalisé une œuvre
    qui m'aurait apporté gloire et argent. J'exècre ces désirs. L'idéal
    d'une vie se résumerait à la consacrer à ce qui nous tient le plus à
    cœur, à réaliser notre projet librement, tel qu'il soit, à disposer
    finalement de sa vie.


    Photo: mai 2006


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :